Forum
Aller à la page   <<       Nouveau sujet
Moderateurs: Al, HappyTail, Mwa:3 + Twa, xxmystogunxx, funky fairy, Wakaimi, aneshobu
Auteur Message
Lucy-San3400
Messages: 1119
J'adore tes histoire tu pourrai faire des film d'horreur XD

image 


Louna
Messages: 3280
OMG je kiff

      
Le rire est la meilleure médecine. il réduit le stress, soulage la douleur,
renforce le système immunitaire et protège le coeur.            
 
image
Keycye
Messages: 792
Merci les filles *0* rassurez vous, je fais aussi des histoires d'amour (et ouais, la sadique n'écrit pas que des textes qui font peur XD)


Fanfare !!! Voilà le remix de la mort de dragon par Louna et Lucy !!!(remixer mais j'ai gardé le matériel utilisé)



JE VEUX JUSTE DE L'AMOUR !!!
-Nous sommes arrivés !!

La voiture s'arrête si j'en crois l'absence de secousse. J'entends une porte claquer, sûrement celle du conducteur. Je sens le carton où je suis, bouger. Il l'ouvre par le haut. La lumière m'aveugle, mes yeux s'étaient habitués à l'obscurité de la boîte. Mon maître me prend dans ses bras chauds, des larmes coulent le long de ses joues. Je lèche les gouttes, remet ses lunettes en place et machouille ses longs cheveux gris.

-Je suis désolé, dit-il.

Il me pose par terre, s'agenouille et me caresse entre les deux oreilles. Je me couche pour avoir des gratouilles sur le ventre, à la place, je sens un vide. Il tient dans ses mains mon collier où un inscrit mon prénom.

-Mais...
-Je suis désolé, répète il... Ce n'est pas ta faute... la petite est allergique...

Il se relève, met le carton vide vers moi, remonte dans la voiture et la démarre.

-Attends !! Tu m'as oublié !!!

Zut... Il ne m'entend pas...

Je lui cours après mais il va bien trop vite. Mes petites pattes sont trop faibles. Je tombe sur le sol et commence à pleurer. Il m'a laissé seul... Je me roule sur le dos et regarde le ciel. Celui est devenu gris, diverses nuages imposants se sont installés. Il pleut. Les gouttes s' écrasent sur mon visage. Un arbre prend feu à cause d'un éclair. Je ferme les yeux et maudis mon sort quand je sens le sol bouger. Un bruit étrange me vint à l'oreille. Je relève la tête et me crispe d'horreur. Un camion se dirige vers mou !!! Il n'est qu'à 5 mètres de moi !!! Avant que je n'ai pas le temps de comprendre ce qu'il m'arrive, il passe au dessus de ma tête. J'ai juste eu le temps de me mettre en boule.

Il s'éloigne tranquillement. Heureusement que je suis petit...

La pluie est de plus en plus forte. Je décide de retourner dans mon carton pour éviter de me faire écraser.

Les voitures qui passent avant côté de moi m'éclaboussent. Mon carton devient innonder, il lâche. Je me retrouve sans abri... Il ne me reste qu'une solution... M'engouffrer dans l'imposante et sombre forêt...

J'avale ma salive difficilement, prends mon courage à deux mains et entre dans les bois.

Je marche depuis une bonne heure, je suis tout mouillé et fatigué.

-Je veux rentrer chez moi...

C'est alors que mon regard se pose sur un trou sous un arbre. Super !!

Je cours m'y réfugier et me blottis contre les parois pour récupérer de la chaleur quand je remarque deux yeux jaunes...

-Aie !!!

Me revoilà dehors... Il n'y a mas été de main morte avec son coup de patte au cul. La silhouette se dresse devant moi. C'est un renard...

-Ici, c'est ma tanière. Mon territoire !!
-Je... je cherche un abri...
-Mhhh... à droite vivent deux femmes. Elles pourront t'héberger.
-Merci !!

Je cours dans la direction indiqué quand j'entends la dernière parole du renard.

-Adieu... sois intelligent...

Voilà à peine 3 minutes que j'ai croisé le chemin de l'animal que je vois une chaumière. De la fumée sort de la cheminée accompagnée d'une bonne odeur de... gentillesse...

J'accélère le pas et me retrouve devant la porte d'entrée. Malheureusement, je suis trop petit pour atteindre la poignée. Je m'asseois et prépare mon coup.

-Miaou... miaou...

La porte s'ouvre et laisse apparaître une femme blonde mechée rouge assez jeune.

-Bonjour petit minou... Tu es perdu ? Tu as faim ?

Elle me prend dans ses bras et rentre.

-Lucy ? Qui est ce ?
-Louna, nous avons un invité.

La dénommée Louna est assise dans un canapé noir qui fait ressortir le rouge de ses cheveux. Elle lit un livre de recette. Drôle de lecture... La femme pose l'ouvrage sur le sofa et vient me voir.

-Qu'il est mignon !!!
-Lou... on peut le garder ?
-Euh...
-Allez !! Tu penses à ce que je pense ?
-Bon d'accord...
-Merci !! Allez au bain minou !!!

Elle ne doit pas avoir de baignoire adaptée à ma petite taille car elle me met dans une marmite avec un canard en plastique.

Et oui, malgré que je sois un chat, j'aime bien l'eau.

Louna feuillette rapidement son livre puis elle saute de joie.

-Lucy !! J'ai trouvé !! Alors... carotte...

Elle ajoute des aliments dans mon bain. Je sais ce que ça veut dire... Je ne suis pas dupe... Je sors de la marmite et cours me cacher sous le canapé. Malheureusement, ma poursuivante a une force surpuissante et arrive à soulever le sofa. Elle me pourchasse, je suis pris au piège dans un coin de la pièce.

-Allez minou viens...

Elle a beau appuyer sur me canard en plastique, je ne bouge pas. Je suis pas con, je vois le couteau derrière son dos.

-Stupide chat !! Viens la !!
-Louna !! Tu lui fais peur !!!

Lucy est là, elle va me sauver. Je cours dans sa direction. Louna tebte de m'attraper au passage mais elle se cogne contre la table, son couteau se plante dans son front. Elle saigne. Ses yeux me fusillent. Je me blottis dans les bras de ma sauveuse. Louna se relève comme si de rien n'était. Elle me fait froid dans le dos...

-Lou... lou... Avant de le faire cuire, il faut le vider.

Quoi ?! Non !! Elle aussi !!!

Je me débats et miaule mais elle m'accroche les quatres pattes sur une table en bois. Louna s'approche de moi, son couteau à la main. Un sourire sadique se dessine sur ses lèvres.

-Je vais chercher un aspirateur.

Lucy court à la recherche du matériel. Louna prend le couteau qui est sur son front, le lèche et le plante dans ma patte arrière gauche. Mon sang coule, je hurle de douleur. Elle s' amuse à me tourner dans mon membre, détruisant mes os.

-Miaule plus fort...

Elle enfonce un second couteau dans mon autre patte arrière. Je cris mais elle rit, cachant mes gémissements. Elle prend une pomme qu'elle introduit de force dans ma bouche, cassant cinq de mes dents. Je ne peux plus bouger la mâchoire, je pleurs au chaudes larmes.

-Comme les cochons, rigole t'elle. Au moins tu arrêtera de gémir.

Elle pique mes deux autres pattes. À l'aide de ma queue, je tente de la pousser mais je suis trop faible. Je n'aurais pas du bouger... Elle me hache ma si jolie queue... La table s'est colorée en rouge avec mon sang. Je perds mes forces...

Lucy revient avec l'aspirateur.

-Tu as été lente !!
-Désolé mais je croyais qu'il était en haut.
-Mhhhhh...

Louna enleve ma pomme et croque dedans, avalant mes dents. La blonde enfourne le tuyau de l'engin en moi. Elle appuye sur le bouton et je sen mes organes se fait aspirer un à un... L'aspirateur émet un drôle de bruit.

-Zut... quelque chosr est trop gros... Ça passe pas... Louna, faut l'ouvrir.

Sa soeur prend un couteau et vient vers moi. Elle retire le tuyau pour plus de visibilité. La lame de son arme se balade sur mon ventre qu'elle tranche d'un coup !!! Je hurle !!! Pour me faire taire, elle me frappe. Mon museau saigne. Elle m'ouvre le torse. Mon corps est vide... Elle contemple le peu qu'il me reste.

-Ben dis donc... Ce chat a un gros coeur pour sa petite taille !! Je me dévoue pour le manger...

Elle l'arrache d'un coup et le porte à ses lèvres. Elle le lèche avant de planter ses dents dedans.

-Juteux... Sucré... J'adore !! Lucy goute...

Sa soeur le croque à son tour.

-Mmmhhh... Exquis !!!

Elle le met devant mes yeux.

-Tu veux goûter ?

Je deviens pâle de dégoût.

-Tes yeux aussi ont l'air appétissants...

Elle enfonce son index dans mes globes et les arrache. Un liquide se deverse sur mon visage. Je ferme les paupières et meurs devant cet horrible spectacle...

Louna
Messages: 3280
Je kiff
encore un comme sa mais tu a oublier le marteau et la hache xD

      
Le rire est la meilleure médecine. il réduit le stress, soulage la douleur,
renforce le système immunitaire et protège le coeur.            
 
image
Dragon suprême
Messages: 5058
Contributeur
*Vomis...* Pourquoi j'ai lu ce truc ?! ça m'a dégouté... Pauvre petite bête... *Repense à quelque chose...* Oh my God... c'était censé me représenter...

Tout ça pour dire... t'es une vrai folle !!!!

image
Jeu: Fire Emblem fates
Louna
Messages: 3280
Oui c'est pour te représenté mouhahahahaha
et puis ce n'est pas keycye qui est folle Mdr

      
Le rire est la meilleure médecine. il réduit le stress, soulage la douleur,
renforce le système immunitaire et protège le coeur.            
 
image
Keycye
Messages: 792
La hache est presente ^^ puisque tu hachr la queue. Et oui dragon... C'est toi... ton histoire... on est pleins louna ^^ je viens de me rendre compte que j'ai fais pleins de fautes à cause du manque de relecture O.o

Dites, ça vous interesserez une histoire où vous choisissez le personnage et qui meurt ? (Pour cela faut etre au moins 10 et je préviens, l'idée n'est pas de moi mais celle qui la fais c'est inspiré d'un manga (Sibel si tu passe par la, j'adore tes histoires. ) bon je doute que vous soyez assez nombreux mais je préfère prévenir ^^
Keycye
Messages: 792
J'ouvre les yeux difficilement. Il fait sombre et frais. L'endroit où je suis tangue. De l'eau m'éclabousse. De l'eau ?! Mes yeux s' habituent à l'obscurité. Je peux enfin voir où je suis... Sur une barque en pleine mer. Mais comment... Que m'est il arrivé ? Qui suis je ?

Je tourne la tête pour voir qui rame. Deux personnes sont assises et me fixent. L'une d'elles, une fille, me rappelle quelque chose.

-Mon Romanounet sa va pas, me demande t-elle ?
-Qui... qui est Romanounet ? Et qui êtes-vous ?
-Tu ne te souviens même pas de toi ? Ni de moi ? Hugo, tu y es allé un peu fort je pense, dit elle au garçon qui l'accompagne.
-Pas ma faute, il résistait, justifie t'il.
-Souviens toi Roman. Je suis Leonne, ta petite amie, s'exclame la fille.

Je secoue la tête négativement.

-C'est impossible. Je ne vous connais pas.
-Si !!! Crie t'elle.

Sa main fouille la poche de son long manteau. Elle en ressort un papier qu'elle me tend. C'est une photo. Je ne vois pas bien à cause du manque de lumière mais je me reconnais dedans ainsi qu'elle.
-Mais...
-Et oui, chuchote t-elle. Mais tu es un mauvais petit copain. Tu m'as trompé avec la première qui venait... Bien sûr, je vais me venger, j'ai déjà commencer par la fille. Regarde, elle est juste derrière toi.

Je me retourne et découvre un corps sans vie. Du sans tâche ses vêtements. Ses cheveux trempent dans le liquide rouge qui a coulé. Ses yeux sont fermés et son visage affiche un regard de peur.

-Elle aussi a résister à l'impact de la voiture, mais pas longtemps, rajoute la fille. Regarde Roman, nous sommes arrivés.

Je lève la tête dans la direction que pointe son dos. Une grande île avec seulement un phare se tient devant nous. Hugo nous fait arriver sur la terre ferme. Je tentais de me lever mais retombe lourdement sur le dos. C'est la que je remarque que je suis menotté, bras et jambes.

L'homme me prend et me porte comme un sac à patte. Leonne traine difficilement le cadavre de la jeune femme. Nous montons les escaliers. J'entends la tête de la victime cogner contre les marches. Le sang dégouline de partout.

Leonne pousse une grande porte en bois et nous nous y introduisons. Elle pose le corps de la morte dans un coin puis demande à Hugo de me reposer au sol. Celui ci me lâche d'un coup. Mon dos frappe le sol. Mes côtes se brissent. Je lâche un cri de douleur.

-Tu cris alors que la torture n'a même pas commencé, rigole Leonne.

Elle m'assoit sur une vieille chaise et m'accroche à l'aide d'une ceinture usée mais rigide.

-Hugo, la valise s'il te plaît.

Celui ci revient avec une grosse malle noire. Il la pose sur une table, l'ouvre et je me crispe de frayeur. Je peux voir ce qu'elle contient... des armes de torture, de vieilles seringues, des hachettes, des couteaux, des fouets et autres instruments.

-Pourvu que tu résiste longtemps, j'aimerais essayer tout ce matériel, lance la fille. Par quoi pouvons nous bien commencer... Les pieds ? Non ! La cause de tout ça ! Ton engin !

Elle prend un petit couteau qu'elle approche dangereusement de mon entre jambe. Elle déchire mon pantalon avec ses ongles aiguisés et caresse mon boxer.

-Quel dommage... Tu étais bon au lit...

Elle coupe mon caleçon et entaille mes cuisses au passage. Je hurle mais elle sourit. Elle fait voler mon sous-vêtement et me regarde.
Elle empoigne mon engin et le malaxe de ses doigts. Malgré la situation, je ne peux pas m'empêcher de bander.

-Tu n'es qu'un vieux pervers, dégoûtant et inutile.

Son couteau caresse mon entre jambe. Des gouttes de sueurs descendent jusqu'à mon front. Elle n'est pas sérieuse ? Si ? Non ? Mon regard se poste sur le corps sans vie de la fille. Si elle est capable de la tuer, elle est capable de me torturer. J'avale difficilement ma salive et tente de lui parler.

-Leonne, pardonne moi... Détache moi et nous vivrons tous les deux heureux pour toujours... Promis, je changerais... Je serais fidèle... S'il te plait...

Elle me fixe avec un sourire sur les lèvres. Ai je réussi à la stopper ? Elle se met à rire.

-Roman... Roman... Tu ne changeras jamais. Ce n'est pas la première fois que tu me fais le coup mais la treizième. Tu dois payer pour mon petit coeur de femme innocente que tu as brisé.
-Leonne...
-Chute...

Son regard croise le mien. Je me perds dans ses yeux quand je ressentis une vive douleur. Je criais à en réveiller les morts. Elle l'a fait...

Elle tenait mon s*xe entre ses doigts fins.

-Je vais le garder. Signe de notre amour éternelle.

Elle le place dans un bocal qu'elle pose en évidence près de la malle. Un dégoût me pris et je vomis mon repas.

Elle balaya les déchets du regard, haussa les épaules mais ne fit rien.

-Quoi d'autre maintenant ? Tes mains ?

Elle me décroche les poignets. Je me les frotte pour apaiser la douleur du aux menottes.
Elle prend une hachette et s' approche des mes bras. Leonne tire mes doigts et les fait craquer. Elle les pose sur la table et les lèche langoureusement. La fille relève la tête et positionne l'instrument de torture juste au dessus de la première phalange de mon pouce. Elle lâche l'arme d'un coup. Je crie de douleur. Son matériel me l'a coupé. Du sang coule sur la petite table. Le bois s'impregne de mon liquide rouge. Elle reprend son arme et fait pareil aux autres doigts. La douleur se fait de plus en plus intense. Je hurle encore plus fort.

-Leonne... tue moi... maintenant.. abrege mes souffrances...
-Non. As tu pensé à ma souffrance quand je t'ai vu dans les bras d'une autre ? Non ! Je vais même amplifier ta douleur.

Ses doigts se posent sur une des seringues de la valise. Elle l'a sort et la contemple.

-Hugo a créé cette mixture juste pour toi. Tu peux te sentir honoré.
-...

Elle enfonce ces ongles dans mon bras pour éviter tout mouvement brusque de ma part. L'aiguille de la piqûre s'enfonce profondément dans mon membre. Je mords mes lèvres pour ne faire sortir aucun cris, juste des gémissements. Leonne tourne la seringue dans mon bras. Le trou se fait de plus en plus gros. Hugo assiste au spectacle sans bouger.
Elle enlève la piqûre et la jette au sol.

-Je vais m'occuper... de tes oreilles !!!

Elle prend un second couteau, plus grand cette fois ci et le balade sur mon visage.

-J'ai toujours aimé ta peau de pêche... je ferais de ta tête, un trophée empaillé...

Son couteau est maintenant vers mon oreille. Elle me la coupe d'un coup.

Je me mords les lèvres encore plus fort. Du sang coule de mon oreille mais aussi de ma bouche.

Leonne se dirige vers l'autre côté de ma tête. Elle ne se fait pas prier, mon oreille rejoint la première par terre. Des larmes coulent le long de mes joues.
La jeune fille s'approche de mon visage et lèche les gouttes. Je peux toujours entendre, malheureusement.

-Ne pleurs pas. Tu as toujours aimé être dominé.
-Je veux partir !!! Laisse moi !!! Tu n'es qu'une folle !!!
-Tu parles trop Roman. Tu devrais te taire. Je suis juste une fille quelconque brisé par l'infidélité de son copain.

Elle sort un troisième couteau et le pose en dessous de ma gorge. Elle l'enfonce dans mon menton. Mes os se cassent, le sang coule, mes muscles lâchent.

-Tes yeux... Si verts mais aussi bleus et jaunes... je les ai toujours adoré... ils sont tellement beaux... je me demande quel goût ils ont... Mais d'abord, ton dos...

Elle me décroche de la chaise et me pousse violemment au sol. Je tombe comme une vieille serpillière. Je ne peux pas bouger, je n'en ai plus la force. Leonne prend le fouet dans la valise puis vient au dessus de moi. Elle déchire mon t-shirt taché de mon propre sang et le porte à son nez.

-Quel doux parfum...

Elle se relève, pose le vêtement sur la table et empoigne le fouet de ses deux mains.

-Autant de coups que d'infidélité.

Elle lève bien haut ses bras puis les baissent.

Premier coup... Le fouet s' écrase sur la peau de mon dos. Je hurle et la supplie d'arrêter mais elle continue.

Onzième coup... Je ne sens même plus l'instrument sur mon corps.

Douzième coup... Plus qu'un... mon sang est parvenu jusqu'à ma tête... Je rampe difficilement jusqu'à un mur pour tenter de me relever.

-Roman, il n'en reste plus qu'un. Sois courageux !!

Treizième coup... j'avais réussi à me relever mais je suis retombé au sol.

Leonne plante ses ongles dans chaque blessure de mon dos. Je gemis de douleur, ce qui la fait rire.

-Il ne reste plus que tes jambes et ta tête.

Elle plante des seringues dans mes membres du bas. Des ronds bizarres entrent en moi. On dirait... des oeufs !!!

-Ils vont te manger de l'intérieur...

Elle prend la plus grosse des haches et me tranche le haut de sa tête. Mes muscles ne répondent plus. Je ne peux plus bouger.

Hugo vient vers Leonne, la prend dans ses bras et dépose un baiser sur ses lèvres.

-On peut enfin être heureux ?
-Oui Hugo.

Ils se retournent dans ma direction et me remercient.

Mes yeux se ferment... pour toujours...

#Une nouvelle histoire ^^ bon elle fait pas trop peur, faut encore que je m'entraine mais j'y arriverais *^* je suis motivée !!!

# j'ai gagné deux concours *0* grâce a ce texte et kinder (plus haut)

#désolé du double post ^^ et oubliez l'idée que j'avais proposé
Louna
Messages: 3280
J'adore tes texte surtout les torture que Leonne fait *-*

      
Le rire est la meilleure médecine. il réduit le stress, soulage la douleur,
renforce le système immunitaire et protège le coeur.            
 
image
Keycye
Messages: 792
Héhé T3T Je reviens avec du nouveau !

Prochainement : Des remixés de Disney, Cartoon, Pixar, La Bible, et des histoires purement imaginaires.

Êtes-vous prêts à voir les princesses de vos contes différemment ?

Ouais, alors... Ben lisez '-'

/!\ N'étant point devenue une professionnelle, mes histoires contiennent encore et toujours des fautes. Je vais tenter de les corriger avant de les poster, mais ce n'est pas gagné.
mirajane14
Messages: 5864
C'est c'est.... Beurk
J'aime bien ton écriture. Mais faut relativiser, l'infidélité n'est pas un délit passible de torture... Enfin quoi, suffit d'écoute nos cours d'svt de 3eme pour comprendre les 3/4 y passeront ...
Ark. Ah je frissonne, Keycye tes histoires font froids dans le dos !!! Ark, ark, ark, on dirait un condensé des actions les plus affreuses de GoT résumé en un unique texte ... Beurk beurk beurk.

(Petite nature que je suis, chuuut)

image
Keycye
Messages: 792
Hihi x3 Sorry Mira ^^ mais les histoires ne font pas tant frissonner que cela ^^`, mais, je vais y parvenir °^°.


Voici une histoire, pas trop gore (Je pense aux âmes sensibles.) écrite pour une jeune femme qui a avorté, malgré elle. Dites moi si je suis parvenue à vous rendre triste, ou au moins nostalgique.

/!\ Elle date, mais je n'ai pas fait une correction.



Enceinte

"Je porte son enfant, lui, la personne que je hais le plus au monde. Il m'est impossible d'avorter. Pourquoi ? Je ne sais pas...

Je te maudis, toi et ton charme irrésistible. Tu n'es qu'un manipulateur tu veux conquérir le monde, même si tu dois en payer le prix.

Je ne suis pas la seule dans mon cas, nous sommes 13, 13 jeunes filles hypnotisées par tes paroles niaises. Ce nombre porte malheur aux humains, mais point à toi.

Tu es le roi, le souverain des Enfers. Lucifer... Ton prénom fait trembler les enfants, fait peur aux adultes... Et moi ? Tu ne me fais rien, même pas pleurer.

Je suis tombée amoureuse mais je resterais forte. J'attendrais la naissance de notre enfant et le tuerais de mes propres mains. J'en fais le serment."

Je referme mon cahier et le range dans ma table de chevet. J'enlève la couette qui cache mon corps simplement vêtu d'une robe blanche. Je m'assois au bord du lit, respire un grand coup avant de me lever.

Mon dos me fait mal, mon ventre devient lourd au fil du temps. Ma peau est creusée par la fatigue, je suis faible mais je tiens le coup, je ne dois pas flancher.

J'arrive à me tirer jusqu'à la salle de bain, un bon bain me fera le plus grand bien. Je réussis à me déshabiller et a entrer dans l'eau chaude.

Je plonge ma tête dans le liquide transparent et arrête de respirer. Mes yeux se ferment par réflexe, j'écoute le bruit de l'eau. Je veux en finir.

Un courant électrique me surprend, mes côtes se cassent, j'ouvre la bouche et mon air sort. Je sors la tête du bain et reprends mon souffle. Je tiens fermement mon torse, encore une autre blessure infligée par ce démon.

Je vide le bain, m'entoure d'une serviette et me regarde dans le miroir. Malgré mes côtes, je tiens toujours debout. Des dizaines, voir des vingtaine de cicatrices décorent mon corps. Tous sont l'oeuvre d'une seule personne, Lucifer.

Il m'inflige ses coups pour me faire renoncer à l'idée de me suicider. Pourquoi ? Selon lui, mon enfant sera le plus puissant de ses alliés. Je ne veux pas que mon fils soit du côté du mal... Je ne veux pas...

Je mets mon peignoir, je ne me rhabille pas, cela ne servirait à rien. Je marche jusqu'au sofa et m'affale dessus.

-Quelle mère es-tu pour pouvoir entraîner ton enfant dans ta propre mort ?

Cette voix... Depuis plus de neuf mois, elle envahit mon appartement.

-Je suis une mère responsable. Et toi qui es-tu pour ne penser qu'à la puissance ?
-Je suis le futur souverain de ce monde...

La conversation s'arrête, cela ne sert à rien de continuer de discuter, cela ne fera que croître sa colère.

Je caresse mon bras, dernier souvenir de notre dispute. Il m'a fallut plus de deux mois pour guérir, il m'arrive parfois de ressentir de vives douleurs, comme à ce moment-là.

Je pousse un cri, tombe sur le sol et gesticulle dans tous les sens. Le parquet casse sous mes doigts.

Je ne connais pas cette douleur... Serait-ce... Oui... C'est le moment...

Je me relève avec difficulté et retourne dans ma chambre. Je me pose sur le lit et attends... J'attends mon bébé...

Des larmes coulent sur mes joues, la peur m'envahit. Je le sens sortir, détruisant au passage mes organes, mes os, mon corps...

Je le sers dans mes bras, il est en sang mais vivant. Je dois le faire...

La chambre se remplit d'une épaisse fumée noire, Lucifer apparaît.

-Que fais-tu là ?!
-Quelle question, je viens voir mon fils, pardis.
-Va t'en !!

Je sors un couteau de sous mon oreiller et le mets sous la gorge du bébé.

-Tu oserais tuer ton propre enfant ? Le sang de ton sang ? La chaire de ta chaire ?
-Je...
-Tu n'es qu'une incapable. Une incapable qui a réussit à survivre jusque là. Par rapport aux autres, je te félicite.
-Pourquoi ? Qu'est-il arrivé aux autres mères-porteuses ?
-Elles n'ont pas survécu, les coups étaient trop violents pour elles. Elles ne méritaient donc pas de porter mes enfants.
-Tu n'es qu'un barbare. Tu es le diable en personne.
-N'est ce pas là ma fonction ?

Il approche son visage du mien, je peux sentir son souffle sur mon cou. Cela me produit un frisson qui parcourt tout mon corps.

-Alors... Fais le si tu ose ma chère. Tues donc ton enfant...
-Je...

Alors qu'il reculait pour me lancer un regard moqueur, je le fis. Mon couteau se planta dans la chair de ce pauvre innocent. Malgré la situation, il me fit le plus beau de ses sourires. Son sang coulait sur mes mains, je m'effondrais en pleurs.

-Tu as du courage, mais tu n'aurais pas dû...

Sa main est tendue vers moi, des flammes noires en sortent et se précipitent à mon chevet.

Je hurle de douleur, cela me brûle, ma peau devient grillée. Le corps du bébé que je tiens dans les bras crame avec moi. Mes cheveux tombent, mes dents aussi, mes doigts rétrécissent, mon peignoir disparaît.

-Tu es une incapable... Regarde toi dans le miroir.

Il me balance un objet que je rattrape d'une main, l'autre serrant toujours l'enfant. Le verre reflète mon visage, je ne me reconnais plus, je suis différente...

-Tu es morte, enfin presque. Il ne manque plus que la touche finale...

Son visage effleure le mien, ses lèvres se collent aux miennes, aspirant mon énergie vitale, ma vie...

Il recule et admire son oeuvre. Je suis comme paralysée, la bouche grande ouverte, mes yeux tombent...

Je peux enfin rejoindre mon bébé...

Réponse rapide:

 

Aller à la page   <<        Nouveau sujet

Aller à:     Haut de page