Forum
Nouveau sujet
Moderateurs: Al, Mwa:3 + Twa, xxmystogunxx, funky fairy, aneshobu
Auteur Message
Damachi Igneel
Messages: 625
La nostalgie de Damachi


*Après que Damachi ait averti ses compagnons de Guilde du départ qu’il avait planifié, il commença son voyage de retour aux sources. Cette idée lui avait déjà effleuré l’esprit, pendant qu’il s’entraînait au Kanojedo contre Zassou et pendant qu’il était avec Hana. Cette idée de retourner dans sa terre natale, revoir toute sa famille, revoir les champs qu’il avait si longtemps travaillés. D’ailleurs, il sentait une profonde nostalgie à ce sujet, surtout lorsqu’il avait enlacée Hana, ce qui lui avait rappelé tout ces printemps qu’il passait à respirer le parfum des fleurs en pleine éclosion. Il était désormais en marche vers cette terre, avec comme seule idée en tête, revoir ses parents et les enlacer. La route qui y menait, était souvent empruntée par les marchands ambulants, ce qui lui rappelait plus encore ses parents biologiques qui, eux aussi, allaient de ville en ville faire du commerce. Il préféra ne pas regarder en l’air, cette idée le rendait encore plus mélancolique. Pendant tout le trajet, Damachi repensais ; à la vie qu’il avait avant de rejoindre Waterfall, à toutes ces choses qui se sont passées et qu’il s’impatientait de raconter à ses parents. Il errait, au milieu des carrioles pleines de marchandises et d’aliments, avec comme seul objet personnel sur lui ; une batte de baseball, et une bourse de Jewels pour s’approvisionner aux villes avant de repartir sur une route campagnarde. Chaque glissades qu’il fessait, attirait l’attentions des personnes autour de lui, mais cela ne l’importais pas, il était plongé dans ses pensées et ne voulait pas se soucier de ce qui l’entourait.*

Il m’en avait parlé… Il m’avait dit pourquoi ils étaient partis…

[Flashback]
- Damachi ! Damachi bon sang ! Arrête de travailler aussi tard ! Il commence à faire froid, aller, retourne à la maison !

« soupir » Juste au moment où je commençais à m’amuser…

- J’arrive Yohachi !

*Un petit enfant accouru vers la maison et entra dans celle-ci à une vitesse hallucinante. Il avait un grand sourire aux lèvres et il pouffait de rire.*

- Sacripant ! Qu’as-tu encore fait dans le champ ? J’espère pour toi que ce n’est pas une blague comme la dernière fois !

- Non Papa, j’ai enfin réussi à métriser le Kyoten’ Ittei ! Je voulais t’en faire la surprise, mais je n’ais pas eut le temps de me préparer…

- Ha Ha Ha ! C’est vrai ? Montre-moi ça !

*Yohachi  posa sa main sur le torse à Damachi et envoya une impulsion pour tenter de le renverser. Celui-ci ne bougea pas, puis, après un bref moment, il subit le recul du coup, glissant simplement vers l’arrière.*

- Tu vois !

- Je suis fier de toi mon fils ! D’ailleurs, j’ai aussi une surprise pour toi !

*Yohachi alla chercher un paquet dans une armoire, puis il s’avança vers Damachi en le lui tendant.*

- Qu’est-ce ?

- C’est un colis que tes vrais parents t’on envoyé, il est écrit sur la lettre collée dessus, qu’il t’est destiné.

- Mes vrais parents ? Mais c’est toi et Itami ! Ce n’était pas mes vrais parents ceux qui m’ont abandonné seulement dans leur intérêt !

- Ne dis pas cela, tes parents, il faut que tu le sache, étaient aux bords du précipice. Ils ne savaient plus quoi faire et ils étaient démunis. S’ils nous ont confiés ta garde, c’est car même s’ils étaient resté sur terre avec toi, ils n’auraient pas eut de quoi vivre. Ce commerce en bateau volant était le seul moyen qu’avaient tes parents pour gagner de l’argent.

- Normalement, l’on n’abandonne pas un de ses enfants, même pour tout l’or du monde !

- Damachi, si tes parents t’on confiés à nous, c’était pour ton propre bonheur et pour que tu apprennes une magie qui te convienne mieux que n’importe quelle autre. J’aimerais que tu saches, que nous somme tes parents maintenant et que nous feront tout pour te rendre heureux. Si tu savais à quel point tes vrais parents nous enviaient et à quel point ils se sentaient mal…

- Pourquoi n’étaient t-il pas resté ici, dans ce village, avec moi et vous ?

- Ha ha ha ! Tu connais la réponse ! De qui crois-tu que te tiens cet esprit de battant ? Lorsque tu as une idée en tête et que tu es motivé, rien ne peux t’arrêter. Tes parents, leur vie était ce commerce, ils vivaient pour ça. Peux eux, il ne valait pas la peine d’arrêter cela, simplement pour que tu ne pose jamais cette question. Ils savaient que tu pourrais être heureux sans leur aide et j’espère que c’est le cas. Ils m’ont à ce propos, dis qu’ils penseraient à toi chaque jours durant, jusqu’à pouvoir te revoir. Aller ! Maintenant, ouvre ce paquet ! Je meurs d’impatience de voir ce qu’il y à dedans….

[Fin du Flashback]

*Damachi continuait de réfléchir à ce que son père lui avait dis, une année avant son départ de la maison. Il repensait de temps en temps à ses vrais parents qui sont peut-être dans les airs en ce moment, mais surtout, il repensait au colis qu’ils lui avaient envoyé.*

Est-ce vrai ? Et d’ailleurs, même si ça l’était, qu’importe… Je n’ais pas encore la force qu’il faut pour accomplir mon rêve, mais je vais mettre le destin de mon coté pour y arriver le plus rapidement possible.

*Après une bonne journée de marche, Damachi arriva à Kumi, la première ville croisant la route sur laquelle il était. Ne prenant pas la peine de regarder autour de lui, il fonça doit devant lui, en zieutant de temps en temps les pancartes des magasins, puis après avoir marché un petit moment, il vit une Taverne dans laquelle il décida de s’y reposer*

Ils auront probablement des chambres à louer pour la nuit, au pire, j’irais voir ailleurs. Mais avant toute chose, je vais me rafraichir la gorge.

*Il arriva à l’entrée de la Taverne, lorsqu’un groupe de vieux paysans complètements saouls, sortirent de celle-ci. Il essaya de les contourner sans les regarder, mais leurs pas voguaient de droite à gauche et étant donné leur nombre, ils occupaient tout le passage. Damachi était devant cette bande d’ivrognes très mal vêtus ; chemise en lin sauvage toute salle et déchirée, pantalon coupé en deux, sandales trouées et s’il prit un certain plaisir à les voir trébucher tous les un mètre, en essayant de se faufiler entre eux, jusqu’au moment ou…*
- HEyyyy HhhHeehy ! Q’stu fout sur ma chemin ! Dégage vermuine !

*Un des paysans s’interposa devant lui, lorsqu’il avait tenté de se faufiler entre eux. Il lui parlait d’un langage paysan, avec des manières de paysans et une grossièreté de paysans, que Damachi ne supporta pas très longtemps. Il se préoccupait de pleins de choses qui voguaient dans sa tête et il était trop fatigué de sa journée pour s’attarder avec des alcooliques. Il empoigna le paysan qui s’était interposé, lui fit un regard de braise, avec comme seule envie ; dégainer sa batte de base-ball et lui fracasser les membres uns par uns.*

- Hhheeueuuuuhh maaais… d’accour j’te fait plus chier ! Laissez-moi tranquiilheuuu !

*Damachi marcha droit devant lui, avec le paysan toujours à sa merci, afin de passer le groupe sans devoir se faire bousculer. C’était sa victime qui se prenait tout les coups et une fois franchis le banc de merde, il le relâcha et entra dans la taverne. Son pas était sûr et lourd, l’on  pouvait très facilement distinguer, dans la lenteur de ses mouvements, qu’il était épuisé. Le barman arriva à sa table, avant de lancer un coup d’œil à tous les occupants de la taverne, comme pour leur demander qui c’était ce nouveau. Damachi ne fit pas attention à l’attitude du serveur, il commanda seulement un jus de fruit et il demanda à louer une chambre pour la nuit. Celui-acquiesça, avant de retourner derrière son bar et de commencer à préparer le jus de fruit, en lançant toujours de petits regard aux personnes présentes dans la salle. Il ré-arriva à sa table, environ cinq minutes après, toujours dans le même silence de mort que lorsqu’il avait prit la commande. Damachi lui, en fit de même pendant que le barman encaissait l’argent de l’addition. Il posa ensuite la clé de la chambre sur la table, avant de repartir aussi vite qu’il était arrivé, mais en laissant juste s’échapper un mot de sa bouche, exclusivement par politesse*

- Santé.

- Merci.

*Ils s’étaient dis ça, tout les deux sur le même ton grave et faible. Damachi attrapa la clé posée sur la table, avant de l’enfourner dans une des poches de son manteau et de commencer à boire son jus. Il prenait le temps de savourer chaque gorgée comme si c’était les dernières, tout en soupirant entre chaque déglutition. Il scrutait les occupants de la Taverne, avec une discrétion qui ne le tarissait pas. Cette salle était vraiment grande, plusieurs tables étaient entassées dans un coin, laissant libre place à une zone de jeu comme les fléchettes ou le billard. La plupart des personnes assises, étaient souvent seule à leur table et semblaient craindre chaque mouvement, chaque bruit qu’il y avait. Un silence de cathédrale régnait en maître, ce qui plus à Damachi qui pouvait à présent réfléchir en paix, sans aucun bruit extérieur, sans personne pour l’emmerder. Une fois qu’il eut finit son vers, il le posa doucement sur la table, se leva, et partit en direction des dortoirs. Il devait être seulement 19heure et le soleil ne s’était même pas encore couché, mais Damachi était fatigué et il voulait se reposer. Il glissa vers les chambres de l’auberge, avec toujours la même lenteur et la même fatigue. Lorsqu’il fût devant celle qui lui était attribuée, il mit au moins 15 minutes à tenter d’introduire la clé dans la serrure, tellement celle-ci était pliée et sale. Une fois la porte ouverte, il ne mit pas un seul pied dans sa chambre et préféra la scruter de parts-en-parts ; Elle était très petite et moche, le lit était placé sous l’angle du toit, un bureau tout sale et puant reflétais les dernières lueurs du soleil qui s’introduisaient dans la lucarne du toit. C’était tout, seulement ça. Pas de douche, pas de porte-manteau, pas de canapé, rien d’autre que le lit et le bureau ( Il remarqua à ce sujet que le bureau n’était même pas pourvu de chaise ). Il entra finalement dans celle-ci, puis claqua la porte derrière lui avec colère ; ce n’était pas vraiment dut au fait que cette chambre était misérable, mais plutôt après s’être imaginé dans le lit auprès de Hana. Il déposa son manteau sur le bureau, tira le matelas en bas du sommier, puis il s’affala dedans. En moins de temps qu’il faut pour le dire, ses paupières se fermèrent, laissant Damachi partir dans un profond sommeil. La nuit fût rude, plusieurs fois il se réveilla d’un cauchemar, ne pouvant plus se rendormir. Pour lui, ce cauchemar était la réalité, celle-ci étant si puissance et omni-présente, il devait l’affronter chaque jours, en espérant ne pas perdre complètement la tête. Lorsque le soleil commença à montrer le bout de son nez, Il était déjà complètement réveiller. Il n’avait pas beaucoup dormit, ce qui le perturba horriblement et le mit de mauvaise humeur. Il réfléchit à nouveau à ce que son père lui avait dis et y prit un certain plaisir à rabâcher cette pensée dans sa tête.*

Peut-être que j’ai mal fait de les laisser tombers, j’aurais mieux du m’expliquer avec eux avant de partir. SI seulement c’était possible de retourner en arrière… je n’aurais jamais ouvert ce paquet et d’ailleurs, je voudrais ne jamais avoir du venir au monde.

*Damachi choisi ensuite de se lever, remettre le matelas à sa place, puis il repartit exactement de la même manière qu’il était arrivé, en jetant un coup d’œil derrière lui avant de quitter la pièce. Il glissa jusqu’à l’accueil de l’auberge et lorsqu’il y fût arrivé, il paya le prix de sa chambre sans dire un seul mot. A présent reparti sur la route, il contemplait le nouveau paysage, avec un certain remord, comme s’il se sentait coupable d’être ici. Le trajet fût long et tumultueux jusqu’à la prochaine ville, où il décida à nouveau d’y passer la nuit. Les marchands qu’il y avait déjà lorsqu’il avait commencé son voyage, se rapprochaient de temps en temps de lui pour discuter du temps qu’il fait, et d’autres choses futiles mais qui amènent à communiquer. Cela ne dérangea pas Damachi qui avait retrouvé une certaine bonne humeur après avoir humé quelques parfums de fleurs. Trois jours durant, il continua sa route vers sa terre natale, toujours en se questionnant sur sa venue au monde et à ce qu’il allait dire à ses parents. Soudain, alors qu’il glissait tête baissée, un marchand l’accosta.*

- Vous n’avez pas l’air d’être un commerçant, que faites-vous dans le coin ?

*Damachi ne leva pas la tête pour lui répondre, il continuait de glisser, les yeux fixés au sol.*

- Je me dirige vers Kurihara, un parent à moi s’y trouve.

- Kurihara ? Ce ne doit plus être très loin à présent…

*Le marchand voyait qu’il ne lui adressait que peu d’attention. Il décida donc de le laisser tranquille, mais il le regardait de loin. Damachi quand à lui, continuait de glisser sur le sol sec et poussiéreux. Après une autre fatigante journée de marche, le groupe arriva devant une intersection qui était pourvue d’un panneau en son milieu, sur lequel il était écrit :*
Citation :

A gauche : Kurihara
A droite : Fukui
*Tous les marchands allèrent un par un en direction de Fukui. Celui qui s’était adressé à Damachi au début de la journée, lui adressa un signe de main avec un petit sourire*

- Bonne rentrée chez vous jeune homme !

*Damachi tourna la tête et lui adressa à lui aussi, un signe de main, avant de le remercier. Pendant plusieurs minutes, il s’était mit sur le coté, regardant toutes les carrioles de marchandises passer devant lui en direction de l’autre chemin. Après un moment, il se trouva seul à cette intersection, et il y avait comme seul bruit audible, celui des charrettes allant vers l’horizon. Il respira l’air chaud et sec qui stagnait tout autour de lui, en fermant les yeux et en levant la tête vers le ciel*

C’est encore une magnifique journée. Il est temps…

*Il finit par se retourner, puis commença à glisser sur le chemin qui menait à Kurihara.*

Yohachi à bien fait de me dire cela… sinon je me serais déjà perdu…

[Flashback]
- SI tu te perds ? HA HA HA ! Damachi voyons… !

*Un homme de grande taille était accoudé sur le bar, il regardait Damachi avec une sérénité et une joie infinie. Ses immenses cheveux gris d’une longueur extraordinaire lui masquaient une partie du visage, descendent jusqu’à ses hanches. Il semblait âgé, mais fort bien énergique. Sa voix résonnait dans toute la salle avec un ton grave, faisant vibrer ses habits. Après qu’il eut crié ces quelques mots, il recommença, mais sur un ton beaucoup plus doux.*

- Si tu aimerais vraiment une réponse, il suffit que tu suives l’odeur du Kyolys ! [ Note : Le Kyolys est une plante venimeuse qui pousse uniquement dans la vallée de Trio, là où se trouve Kurihara et qui dégage une odeur très puissante et reconnaissable à des milles. La principale caractéristique de cette odeur, est qu’elle ne peut être perçue que par les personnes ayant eut contact avec l’une des plantes. ]

*Un petit enfant accouru rapidement vers cet homme, en lui lançant un regard émerveillé.*

- L’odeur du Kyolys ! Mais oui papa ! Merci !

- HA HA HA ! Je t’ais dis que tu ne te perdras jamais, mais si cela venait à arriver, tu pourras toujours retrouver le chemin de la maison !

- Papa ! Dis m’en plus sur ces fleurs !

- HA HA HA !

[Fin du Flashback]
Ces plantes, les Kyolys… Elles m’auront donc bien servi un jour.

*Il glissait désormais seul, suivant le parfum des plantes qu’avait dit son père. Le crépuscule approchait, mais il n’était plus très loin du village, et rien que de penser qu’il y serait dans peu de temps le fessait trembler. Il angoissait, sans même savoir pourquoi. Des remords sur son départ peut-être ? Il n’en savait rien. Le soleil était maintenant presque couché lorsqu’il arriva à Kurihara. La vision de son village natal ainsi que les champs qu’il avait travaillé, lui fessait monter les larmes aux yeux. Il ne put s’empêcher d’accélérer ses glissade, et plus il avançait, plus l’euphorie s’emparait de lui. Damachi se rapprochait de plus en plus, et de plus en plus rapidement, ses glissades s’étaient transformées en longs tracés rapides et droits. Il était désormais à l’entrée du village… Des larmes coulaient de plus belles de ses yeux étincelants, mais il tanta de les essuyer pour y voir plus clair. Une joie indescriptible transforma son visage, il continuait de trembler de tout son corps en regardant à droite et à gauche, puis il s’aventura dans l’allée principale. Ce qu’il cherchait, c’était sa maison. Sa maison bien aimée qui l’avait abrité pendant maintes années, et qui lui fessait remonter à la surface, d’innombrables souvenirs. Soudain, son regard se posa sur elle… si magnifique, si parfaite, elle n’avait pas changé depuis son départ. Il ne prit pas la peine de réfléchir, fonçant droit vers la porte d’entrée, il l’éclata d’un énorme coup de pied dedans en criant à pleins poumons.*

- JE SUIS DE RETOUR !

*Le nuage de fumée qu’avait provoqué l’explosion de la porte ne tarda pas à se dissiper, pour laisser apparaître deux silhouettes autours d’une table. Ces silhouettes se changèrent en deux personnes bien distinctes ; Une femme d’âge avancé et un vieil homme. Ces deux personnes furent plus qu’ahurirent, ils lancèrent un regard qui semblait remplis de frayeur, mais aussi d’une émotion indescriptible qui se rapproche plus de la joie intense qu’autre chose. L’homme bondi en l’air en criant tout aussi fort.*

- BON SANG !  DAMACHI !

*Il accouru ensuite dans ses bras et l’embrassa en le serrant du plus fort qu’il pouvait, Damachi en fit de même. La femme se leva à son tour, mais elle était tellement ébahie par ce qui se passait, qu’elle ne pu laisser s’échapper aucun mot de sa bouche.*

- Yohachi ! Comme c’est bon de te revoir, mon père bien aimé !

- Et toi donc ! Ca ne fait qu’une année que tu nous à quitté, et je mourais déjà de tristesse à l’idée de ne plus te revoir !

*Les deux hommes se serraient de plus belle, la femme accouru vers eux et en fit de même.*

- Mon Damachi ! Tu es revenu !

- Oui Itami, c’est si bon d’être de retour à la maison !

*Des larmes coulaient à flots sur tous les visages, des cris de joie et de bonheur jaillissaient de toute part. Ils restaient comme cela pendant des minutes entières, à savourer leurs retrouvailles […] Après plusieurs centaines de minutes, ils s’assirent dans le canapé qui occupait la majeure partie de la pièce. Damachi s’assit par terre sans avoir besoin d’expliquer quoi que ce sois.*

- Père, je suis revenu afin de voir Naoki, j’ai beaucoup repensé à ce qu’il y avait dans le paquet que mes parents biologique m’avaient envoyés. Je suis donc ici pour quérir son enseignement.

- Bien sur ! Je ne m’imaginais pas que tu étais là pour rien ! Mais bon, je sais que tu serais quand même revenu nous dire bonjour un jour ou l’autre HA HA HA !

- Fils, je ne puis t’exprimer comment je suis heureuse de te revoir ! Nous irons le voir demain, mais en attendant, raconte nous ! Qu’à tu fais ou visité jusqu’à maintenant ?

*Damachi passa de longues heures à conter ses aventures, il y prenait de temps en temps un malin plaisir à se venter de plusieurs choses. Il leur parla aussi longuement de Hana et de l’amour donc il est épris pour elle .*

- Tu as vécu tant de choses depuis que tu es partit… je t’envierais presque si je n’étais pas tant occupée ici.

*Après qu’ils eussent passé le reste de la soirée à discuter, Damachi les embrassa du plus fort qu’il pouvait et alla se coucher dans sa chambre. Il avait d’ailleurs à ce propos, complètement oublié qu’elle se trouvait sous terre, et lorsqu’il s’en rappela, il bondi de joie. Cela fessait depuis longtemps qu’il ne s’était plus retrouvé sous le sol, et lorsqu’il entra dans sa chambre, un bonheur démentiel s’empara de lui, si bien qu’il ne put point dormir tout de suite. Il savourait chaque seconde qu’il passait dans cette chambre, se remémorant le passé. Elle était assez grande, haute, mais dépourvue de lumière naturelle. Une seule petite lampe surplombait la chambre et l’éclairait à elle seule. Le lit de Damachi était devenu presque trop petit pour lui, ses pieds dépassaient du sommier et son duvet ne lui couvrait qu’une partie petite partie du corps. Le papier-peint qui colorait la chambre, était vert foncé. La lumière émanant de seule lampe rebondissait contre ceux-ci, créant ainsi un effet très apaisant. Il zieutait le reste de sa chambre avec la même nostalgie que lorsqu’il avait revu ses parents. Plusieurs couteaux et stylos étaient posés sur le bureau qui était, lui aussi, muni d’une petite lampe. La chaise qui était accoudée à celui-ci semblait être en osier, et elle paraissait fort usée. Les portes de l’armoire murale étaient grandes ouvertes, laissant apparaître une multitude d’habits plus différents les uns des autres. Après plusieurs longues minutes de scrutation, Damachi ferma ses yeux, et se laissa abandonner à un sommeil enivrant…*

- « Baille » Bon sang, j’ai si bien dormis… il faudrait que j’économise mes jewels pour fabriquer une chambre au sous-sol de la guilde. Ca serait si… magnifique !

*Damachi s’était assis sur son lit, juste après avoir ouvert les yeux. Il réfléchissait à cette idée de construire une chambre au sous-sol de la Guilde, avec tant d’euphorique qu’ont pourrais presque croire que ce n’est pas qu’un rêve, mais un vœu qui s’est exaucé. Il resta longtemps ainsi, à réfléchir sur différentes choses, avant d’arrêter sa rêverie sur une odeur délicieuse. Il s’empressa de mettre ses vêtements, puis sortit de la chambre en courant, avant de monter l’escalier qui menait à la cuisine. Une fois en haut, un posa ses pieds au sol et commença à glisser en direction de la chaumière ; Yohachi et Itami s’y trouvaient. Ils étaient en train de préparer le déjeuner ; du riz aux champignons avec des légumes. Il resta émerveillé en regardant ses parents cuisiner, et eux ne s’aperçurent point qu’il était là.*

- Yohachi, ces légumes sont ceux que tu as conservés si longuement en l’attente du retour de notre fils ?

- Oui, je voulais qu’il puisse avoir droit aux légumes qu’il à récolté dans les champs l’année dernière ! Ha ha ha !

- J’ai bien fais de dépenser sans compter pour l’huile de conservation alors ! Maintenant je n’ais plus besoin de t’embêter avec ça, étant donné que j’en connais la raison.

- Ha ha ha ! Oui tout à fait !

*Damachi s’approcha silencieusement mais surement d’eux, afin de pouvoir humer de plus près le parfum que dégageait le chaudron. Le feu crépitait en laissant s’échapper une chaleur très douce, qui effleurais le visage de Damachi toujours penché par-dessus les épaules de ses parents. Ceux-ci sentirent sa présence, et lorsqu’ils se retournaient…*

- Te voilà réveiller ! Tu as du entendre ? Ces légumes sont bien ceux que tu as récoltés l’année dernière !

- Damachi… ça ne se fait pas d’espionner les gens…

*Il regardait ses deux parents avec une joie et un épanouissement intense, c’était si bon de rentrer chez soi.*

- Ah ! C’est prêt !

*Yohachi retira la marmite du feu et l’entreposa à coté de celui-ci. Itami quand à elle, prit la casserole de riz et la posa sur la table magnifiquement décorée ; les dessous d’assiettes étaient en porcelaine, les serviettes étaient pliée en triangle, et les services étaient en argent. Ils s’assirent ensuite autour de celle-ci, et commencèrent à déguster le savoureux repas qu’ils avaient préparés. Damachi se goinfra comme pas permis, assez même pour en exploser, c’était si somptueux.*

- Quel repas digne de roi ! Maman, papa, merci infiniment, c’était plus que délicieux !

- Merci à toi ! Ces légumes portent le gout de l’amour que tu y as mis à les cultiver.

*Après avoir avalé la dernière bouchée, Damachi s’accouda sur un fauteuil qui était derrière lui. Son attitude changea, le ton de sa voix pris un timbre triste, il baissa la tête.*

- Que t’arrive-t-il ?

- Je n’arrête pas de repenser à ce paquet que mes parents m’ont envoyé il y a maintenant 1 ans…

*Yohachi et Itami se regardaient avec un air gênés. Ils déposèrent ensuite leurs assiette sur la table, et Yohachi s’exprima sur un ton ténébreux, mais très calme.*

- Nous en avons déjà parlé Damachi, ce n’est pas la peine de remettre ça sur le feu. Nous t’avons dis que nous comprenons et nous ne nous somme point dressés sur ta route lorsque tu as voulu quitter la maison. Est-ce donc pour cela que tu es venu ? Si c’est le cas, tu n’as pas de temps à perdre. Il faut suivre tes rêves et tes conviction, tout comme l’ont fait tes parents. Même si cela vas à l’encontre de leur bonheur, tu dois te battre pour y arriver. Excuse-moi de t’avoir retenu si longuement ici, nous allons de ce pas te conduire à  Naoki.

*Damachi releva la tête vivement, un sourire apparu sur son visage. Il paraissait à nouveaux joyeux et ouvert.*

- Rien ne presse rien ne presse ! Mais je suis content de savoir que vous ne m’en voulez pas. Pendant longtemps j’y ais réfléchit, surtout après mon départ, et j’ai finalement décidé de prendre ce rêve en main. Ce n’est pas contre vous et vous le savez très bien, je vous en remercie grandement d’ailleurs.

- Damachi, nous sommes tes parents. Tout ce qui peut te rendre heureux, nous rendra heureux de même !

*Ils étaient à présent tous avec le sourire, une famille solide et compréhensive. Ils rangèrent ensuite la table ensembles, puis ils sortirent de la maison en direction de celle à Naoki. Les glissades  de Damachi étaient vivent et précises, il était décidé et motivé. Puis ils arrivèrent devant la porte.*

- Nous allons te laisser, prend soin de toi, dès que tu rentreras, un repas t’attendra.

- Merci beaucoup, à ce soir.

*Damachi ouvrit la porte et s’enfonça dans l’obscurité de la maison. L’intérieur de celle-ci était grande et aérée, un parfum de jonquille emplissais ses nasaux. Il s’avança jusqu’au milieu de la pièce et zieuta brièvement autour de lui, comme avec une crainte d’être pris en flagrant délit. Un vieil homme ne tarda pas à faire son apparition dans la pièce. C’était un vieux bonhomme, âgé d’au moins 80ans, il était d’assez petite taille, mais semblait bien bâti. Il portait sur lui un kimono noir, soutenu par une ceinture blanche comme neige et une gigantesque cape qui le suivait à chaque pas. Lorsqu’il fût entièrement visible par Damachi, il semblait assez vif et classe. Sa posture était des plus convenables, surtout pour une personne de cet âge.*

- HA ! Te voila de retour mon petit !

*Il avait une voix aigue mais forte, les mots qu’il avait prononcé résonnèrent dans la tête de Damachi, comme s’ils les avaient entendu des centaines de milliers de fois. Il ne dit rien après Naoki, simplement, il s’avança vers lui et le pris dans ses bras.*

- Tu n’as pas changé d’un pouce ! J’ai bien fait de pas me faire trop d’idée. Et là-dedans ? Ca a poussé ? Ha Ha Ha !

*Il tapotait la tête de Damachi avec douceur, puis en fit de même ; il le sera dans ses bras. Il était heureux de revoir son maître bien aimé, celui qui lui avait tout appris mais surtout, celui qui lui avait redonné la joie de vivre. Il le serra du plus fort qu’il pût, mais, au bout de quelque secondes, il remarqua qu’il ne touchait pas du tout son maître.*

- Ha Ha Ha ! Si je t’avais laissé me serrer pareillement, tu m’aurais probablement brisé les côtes mon petit.

- Maître, c’est si bon de vous revoir ! Vous m’avez tant manqué !

- Arrête avec tes « maître », je suis ton ami à présent, et un ami n’a point besoin d’autant de respect Ha Ha Ha ! Tu peux me tutoyer aussi.

- Vous êtes toujours en train de rire pour un rien. Ha Ha Ha !

*Damachi lui sourit, puis il continua.*

- Naoki, je viens à toi pour apprendre, j’ai besoin d’augmenter mes capacité, je ne peux pas vivre ainsi ; dans la faiblesse et dans « l’esclavage » du destin. J’ai besoin de m’entraîner durement, j’ai besoin d’un guide pour me dire quoi entraîner. Ma motivation dépasse ma lucidité, peut-importe ce que cela me coutera, je suis prêt à en faire le sacrifice, pour accomplir mon rêve. Depuis que Yohachi m’a donné ce paquet… je ne cesse d’y repenser à longueur de journée, et ma faiblesse ne peut durer. Je ne suis prêt qu’à les revoir, seulement si je puis être capable de les immobiliser complètement. Ils m’en voudront sûrement à mort, mais peut m’importe ! Naoki, depuis que j’ai appris à étendre mon âme dans une arme, je ressens une incontrôlable envie de faire un pas en avant et de prendre le dessus sur le destin. Peut-être que celui-ci ne veux pas me voire faire ça… Peut-être qu’il à une meilleure idée pour moi… Mais peut m’importe ! Je veux pouvoir prendre mon rêve en main, le toucher, être à deux pas de lui.

*Il avait jacté tout cela, presque sans reprendre son souffle, et avec une vitesse extraordinaire. Le feu montait en lui, comme s’il brûlait chacune des parties de son corps lorsqu’il les traverse, en le faisant trembler. Il ne put qu’attendre impatiemment la réponse de son ami. Le silence régnait en maître, une brise douce soufflait légèrement sur leur visage, l’odeur des Kyolys était très présente, au point d’en devenir insupportable, il devait maintenant être 15h à en juger par le soleil.*

- Je ne vais pas t’apprendre à étendre ton âme dans l’air, tu l’as déjà fait beaucoup de fois.

- Oui, mais les points d’attirance que je pose ne durent que très peu. Il me faut une astuce, une direction, un conseil, pour pouvoir suivre le bon chemin.

- La patience sera ta meilleure amie, Damachi, je n’ai pas vraiment de conseil à te donner… si ce n’est que : « n’abandonne pas ». Il est difficile de maintenir un point fixe extracorporel pendant une longue durée, mais cela est maintenant faisable pour toi. Tu as mit le temps d’une mission pour arriver à étendre ton âme assez loin et assez longtemps dans une arme, afin d’y imprégner ta magie à l’intérieur. Cela a du être assez difficile, mais tu y es arrivé. Ecoute, je peux rester près de toi et te montrer un peu comment faire, mais cela ne changera rien, ce sort ne peux être appris par la théorie, il demande de la pratique intensive ! Allons allons, nous commençons dès maintenant, je veux t’aider à accomplir ton rêve ! Ha Ha Ha !

*Les deux sortirent de la maison, en prenant bien soin de refermer la porte derrière eux. L’air devenait de plus en plus frais, mais le soleil continuait de faire briller les champs de blés dans toute sa splendeur. Damachi dévorais le paysage pendant qu’ils marchaient en direction de la lisière de la forêt, il remarqua d’ailleurs, que la plupart des champs étaient prêts à être cultivés. Une fois qu’ils furent arrivés, Naoki déracina un arbre d’un coup de main, et le bascula sur le coté afin de pouvoir s’y asseoir dessus. Damachi était évidemment jaloux, mais il préféra ne pas le montrer et s’assis par terre. Le maître pris la parole, une fois qu’il eut été assis.*

- Damachi, nous allons commencer tout de suite. La première chose à savoir qui pourrais probablement t’aider, si tu ne le sais pas déjà, est ; Imagine que tout ce qui t’entoure est une arme comme ta Batte. J’entends par là, que le simple fait de « vouloir » placer un point d’attirance dans l’air ne suffit pas,  il lui faut un support, quelque chose auquel il peut s’accrocher. Lorsque tu utilise des points d’attirance extracorporel sur des ennemis, tu as remarqué que ceux-ci se créent, mais puisqu’ils n’ont aucun moyen de « s’accrocher » à quelque chose, ils s’évaporent. Je vais te donner un exemple : imagine que tu maîtrise une magie du vent, tu peux fabriquer une bulle de vent qui contiens de l’air sous pression, et qui explose au contact de quelque chose. Cet air sous pression est maintenu en parfaite stabilité, tant que l’enveloppe n’est pas détruite, par contre, si celle-ci manque, l’air sous pression s’échapperais de toutes part. Les points d’attirances sont pareils, sauf qu’ils ne demandent pas « d’enveloppe » pour rester stable, eux demandent une sorte de « branche » à laquelle ils peuvent s’accrocher. Ces point-ci ne sont pas affectée par la gravité, donc ils ne risqueront jamais d’être attirés au sol, je vais te donner un autre exemple : Si tu as un aimant dans les mains, et que tu essaye de le faire tenir en apesanteur, il tombera au sol à cause de la gravité. Les points d’attirance ne pouvant point tomber au sol à cause de la gravité, ils se dispersent dans l’air. Donc, vu qu’il n’est pas possible de fixer un point d’attirance sur un support matériel, il faut lui créer un support, non pas physique, mais psychologique. C’est là, la base de cette magie. Un idiot finit ne pourra jamais la maîtriser, car elle requiert une puissance mentale de très forte intensité. C’est pour cela que je t’es dis qu’aucune leçon théorique ne pourra t’apprendre à faire ce que tu veux, mais que c’est à toi d’essayer. Bien entendu, les outils pour y arriver son nécessaires, mais je suis justement là pour ça ! Ha Ha Ha ! Je résume donc ; Tout point d’attirance que tu crée régis de ton mental, lorsque tu en crée un pour frapper quelqu’un, tu étends ton esprit jusqu’à un endroit donné, afin d’y « fixer » ce point d’attirance. Par contre, lorsque tu tente de créer un de ces points trop loin de toi, il se forme, agis que très peu de temps, puis disparait. Maintenant je crois que tu as comprit ce qu’il faut que tu travaille Ha Ha Ha !

- Es-tu en train de me dire, que chaqu’un de mes points d’attirance est « fixé » sur mon esprit ?

- C’est exactement cela ! Je ne vois pas comment je pourrais mieux te l’expliquer. Il faut donc que tu essayes d’étendre ton esprit jusqu’à un endroit donné, afin d’y fixer ce point. Ce que tu dois aussi savoir, c’est que tu dois faire la connexion entre ce point et ta cible. Je m’explique ; Lorsque tu crée un point d’attirance afin de frapper, il est automatiquement lié à toi, étant-donné que c’est pour toi et à partir de ton esprit que tu le fixe, il n’agira sur personne d’autre. Aussi, lorsque tu crée un point pour déséquilibrer un ennemi par exemple, ou encore lorsque tu te fabrique un bouclier gravitationnel, tu active des points d’attirance « généraux » si je puis dire. Tu as probablement du remarquer que lorsque tu place un point d’attirance pour déséquilibrer un ennemi, tu n’es pas affecté, c’est par se que tu demande à ce point d’attirer TOUT sauf toi. Je ne sais pas si tu as remarqué aussi, mais lorsque ton aura est activée, tu dois te demander pourquoi le sol s’enfonce sous tes pieds et pourquoi tout est déséquilibré autour de toi, c’est car tu crée inconsciemment une centaine de points de gravité « généraux » qui sont tous relié à toi, mais qui ne t’affectent pas. Donc ! Maintenant que je t’ais expliqué cela, tu peux faire la différence entre « point fixe personnel » qui n’agit que sur toi, et « point fixe général » qui n’agis que sur les autres personnes. Pour en revenir à nos moutons, si tu veux fixer un point de gravité qui n’agit que sur une personne, tu dois la mettre en connexion avec celui-ci. Imagine que les points fixes sont de petites boules rondes qui transmettent de l’électricité, et que ta cible est la personne qui doit recevoir cette électricité. Que vas-tu faire si elle est trop éloignée pour lui faire toucher une petite boulle pleine d’électricité ? Tu la connecte à l’aide d’un support matériel ! Les prises électriques fournissent l’énergie, mais tu as besoin d’un support matériel pour « conduire » cette énergie où tu veux. Dans ce cas-là, il faudra du métal, étant donné que le métal est conducteur. Maintenant, la difficulté en plus, c’est que tu ne vas pas passer une corde autour de ton ennemi, et attacher celle-ci sur la petite boule d’électricité, ça serais non-seulement inefficace, mais en plus très suicidaire. Donc ! Tu dois relier ton point d’attirance à ta cible, avec un « fil d’esprit» afin de les connecter ensemble. Le premier bout de ce fil, tu le connecte automatiquement lorsque tu touche ta cible, la deuxième bout se fixe directement au point d’attirance, lorsque celui-ci est créé. En résumé, si tu veux pouvoir créer un point d’attirance qui n’agira que sur une personne précise, tu dois la connecter à celui-ci via ton esprit.

- Mais, tu es en train de me dire que lorsque je fixe un point d’attirance pour déséquilibrer quelqu’un, celui-ci est donc un « point fixe général », ce qui veux dire qu’il n’agis pas que sur la personne ciblée si je comprends bien ? Si c’est le cas, comment se fait-il que ça n’agisse pas aussi sur les personnes environnantes ?

- C’est car la puissance de ce point fixe laisse à désirer ! Si tu as un aimant « + » qui est face à deux aimants « - », et que celui-ci est assez faible, il perdra beaucoup de puissance en essayant d’attirer les deux aimants « - ». Les points d’attirances son « intelligents » pour ainsi dire, ils ne s’embêteront pas à diminuer leur puissance pour atteindre plusieurs personnes, ils se concentreront sur la cible la plus proche ! Si la puissance laisse à désirer, c’est car ce point d’attirance n’a pas de support mental. Lorsque tu arriveras à étendre ton esprit jusqu’où tu veux, il te sera facile de maintenir une puissance convenable.

- Cela veut donc dire que si je ne connecte qu’une seule personne à un point d’attirance, il sera beaucoup plus puissant que si je le connecte à plusieurs personnes ?

- Oui, l’exemple des aimants et très efficace pour expliquer le principe de cette magie. Tu peux bien entendu connecter ton point d’attirance à une multitude de cibles, mais à chaque nouvelle, sa puissance diminuera. En gros, imagine que tu as un aimant qui peut attirer tout ce qui se trouve à sa portée, mais que tu peux le  « programmer » pour qu’il n’attire que ceux que tu veux. Pour le moment et à ton niveau, il est presque impossible de connecter une personne à un point d’attirance, sans avoir recourt au contact physique.

- Mais, tu me dis de créer un « fil » pour connecter la cible au point d’attirance, comment fais-je pour fixer le premier bout de celui-ci à la cible que je veux ?

- Il suffit de le vouloir ! Damachi, si l’esprit avait une couleur, tu le verrais créer ce « fil » reliant ce que tu as touché, à toi. Ne réfléchit pas trop, c’est très simple, je te l’ais dis, il suffit de vouloir que tel ou tel cible se fixe à ton point d’attirance, pour que cela s’effectue. Je sais que l’aide visuelle aide beaucoup, mais pour cette magie, il faudra te faire confiance à toi-même. Bon ! Assez bavarder ! Commençons !

*Damachi resta pensif de longues minutes, Naoki quand à lui avait déjà sauté du haut de son arbre et attendait qu’il se décide à venir. Quelques minutes passées, il se leva en scrutant son maître de haut en bas. Il ne savait pas « quoi » commencer, d’ailleurs, il avait  du mal à synthétiser tout ce qu’il lui avait dis, il lui lança donc un regard interrogateur.*

- Nous allons commencer ! La première partie du sort à maîtriser, est ce « fil » conducteur. Viens me toucher, l’épaule ou la jambe, peut-importe, tant que tu touche ta cible, la connexion se ferra.

*Damachi prit une expression illuminée, comme s’il avait apprit la vérité sur le monde ( ce qui n’était pas le cas ). Cette émotion se transforma rapidement en concentration, et envahi tout le corps de Damachi, qui commença à glisser vers son maître. Une fois à sa hauteur, il le toucha du bout de son petit doigt, juste pour tenter de provoquer son ami. Celui-ci lui sourit et recula d’un bond en arrière. Il saisi ensuite un long bâton et le tendu dans sa direction, en lui fessant signe de le prendre. Damachi prit le bâton, sans vraiment comprendre ce que cela impliquait, et à quoi cela allait servir. Il lança à ce propos, un nouveau regard interrogateur sur son ami.*

- Tu as appris de toi-même à étendre ton esprit dans une arme, fait-le, et place un point de gravité au bout de celui-ci.

*Damachi ne réfléchit pas vraiment au pourquoi du comment, mais il effectua se qu’il lui avait demandé. Son esprit commençait à monter doucement dans l’arme lorsque…*

- Trop lent ! Tu serais déjà mort ! Nous y voilà, le premier exercice que tu devras travailler, sera la rapidité. Pour la qualité, ce n’est pas un souci, ton esprit ne peut pas être d’une qualité différente au bout du bâton, que dans ta tête ! Continue, que tu puisses voir un peu ce que cela donne.

*Damachi sursauta lorsque Naoki avait crié sur lui, il était tellement concentré sur le bâton, qu’il fit très surpris. Il écouta ensuite les paroles de son maître, avant d’acquiescer, puis de continuer. Son esprit grimpait de plus en plus sur le bâton ( notez que Naoki se tourne les pouces en ce moment ), une fois que celui-ci fut au sommet, il créa un point d’attirance. Une petite distorsion de l’air se créa au bout du bâton, et Naoki glissait sur le coté très lentement, mais sûrement, en direction du point d’attirance. Damachi sourit en voyant que cela marchait, il était de plus en plus heureux. La journée quand à elle, arrivait à son terme. La nuit commençait à prendre de plus en plus d’ampleur, et les étoiles commencèrent à briller dans le ciel. C’était un magnifique crépuscule qui arrosait les champs de ses rayons rougeâtres, réchauffant légèrement le visage des personnes qui, sentaient déjà le vent du nord souffler. Naoki sourit aussi à son tour, il fit un signe d’acquiescement pour confirmer à son élève, qu’il était dans la bonne voie. Puis, il annula le sort de celui-ci d’un bref coup de bras, et s’avança dans sa direction.*

- Tu as encore beaucoup de chemin à faire, un simple courant d’air, et ton point disparait. Cela est du au fait que tu ne peux pas lui offrir assez de puissance, étant donné que tu en perds facilement en étendant ton esprit dans ce bâton. Mais tu es sur la bonne voie ! Il va falloir que tu t’entraîne durement, tu es censé partit bientôt ?

- Pas le moins du monde Ha Ha Ha ! Ma femme m’attend à la guilde et il est vrai qu’elle me manque, mais si je me retenais de vivre ma vie, je ne ferais plus rien. SI je suis venu, ce n’est pas pour prendre des vacances ( Damachi ne le mentionne pas, mais il est partit dans l’idée de se reposer un moment, avant de passer à l’entraînement intensif. Mais cela ne le dérange point de commencer directement ! )

- Bien, alors ce sera tout pour aujourd’hui, tu retourne dormir chez tes parents ?

*Damachi acquiesça d’un signe de tête. Une fois qu’ils eurent finit de rassembler leurs affaires, ils partirent dans la direction du village. Une fois arrivés dans celui-ci, Naoki lui tendu la main et lui souhaita de bien se reposer. Damachi en fit de même, puis il rentra dans la maison de ses parents. Il se rendu compte, avec étonnement, que le repas venait tout juste d’être préparé. Yohachi salua son fils, puis amena le repas à table. Il fut assez silencieux et pensif durant celui-ci, assez en tout cas pour que Damachi prenne aussi le temps de faire le point sur son entraînement d’aujourd’hui. Une fois qu’ils eussent finit, ils rangèrent la table, se souhaitaient bonne nuit, et partirent tous dans leurs quartier, sauf Damachi qui resta dans la salle à manger. Il regarda autour de lui, puis son regard s’arrêta sur une commode, à coté du feu. Il s’avança lentement vers celle-ci, avant de l’ouvrir, laissant apparaître un paquet en carton, avec une lettre ouverte posée dessus. Damachi saisi le tout, et alla s’asseoir par terre, en posant sur la table le paquet, mais en gardant la lettre à la main. Il en sortit une petite feuille pliée en deux qu’il s’empressa de lire néanmoins, un terrible doute et une peur commençaient à s’emparer de lui. Malgré cela, il commença à lire cette lettre qui lui était destinée.*

<< Damachi,
Après plusieurs tentatives désespérée de saisir mon stylo pour t’écrire quelque chose, j’y suis enfin arrivé… Mon fils, cela fait si longtemps maintenant, je n’arrive même plus à me souvenir de toi… Ne le prend pas mal, tu ne te souviens plus de nous sûrement aussi. Bref, ce qui m’a donné la force et le courage de t’écrire, est que nous somme actuellement à Fukui, non-loin de Kurihara. Je ne pense pas franchement que tu aie la moindre envie de nous voir, mais je me suis senti obliger, étant donné que nous sommes tes vrais parents, il est de notre devoir de te donner de nos nouvelles. J’espère juste que tu arriveras à surmonter la colère qui t’envahi lorsque tu pense à nous, rien qu’un instant, juste pour avoir ne serais-ce que l’envie de lire cette lettre. Tu nous manque énormément, chaque jour, nous pensons à toi, que ça soie sous la pluie ou sous le soleil, tu es toujours là. J’ai d’ailleurs essayé maintes fois de trouver des raisons au « pourquoi du comment » j’ai fait pour abandonner mon unique fils, et cela me tortue plus que tout car maintenant, je sais que si je pouvais revenir en arrière, je le ferais. Evidemment, j’arrive à deviner ce que tu pense en ce moment, mais c’est impossible, il est trop tard et le temps est passé. Moi et ta mère nous devenons de plus en plus faibles, de jours en jours, sa maladie la consume et moi, je me fais vieux. Je n’aimerais surtout pas que tu aie de la pitié pour nous, mais, mon fils, Fukui est le seul endroit où il est encore possible de nous voir, après, nous allons partir beaucoup trop loin… SI tu te sens prêt, nous t’y attendrons tout un mois. Sur ce, je n’ai bientôt plus de place pour écrire, alors j’aimerais juste te dire une dernière chose ; Nous t’aimons, et cela ne s’arrêtera jamais, même lorsque nous iront au Paradis, si tant bien qu’il existe.
Hiroyasu et Hiromi >>

*Lorsqu’il eut finit de lire la lettre, des larmes commencèrent à couler le long de ses joues, il sanglotait et tremblait de toute part. Les dents serrés, la lettre pleine de larmes, Damachi s’en voulait énormément.*

Putain… Je les ai laissés mourir… Cela fait maintenant 5 ans que j’ai reçu cette lettre… Bordel ! Je n’ai pas à m’en vouloir, ils sont encore en vie, j’en suis persuadé !

*Après qu’il eut trouvé une manière de se remonter le moral, il replia la lettre et la remis délicatement dans l’enveloppe, avant de saisir le colis. Une fois qu’il l’eut ouvert, il regarda son contenu avec une nostalgie énorme ; c’est un panda en peluche qu’il avait quand il était petit, il l’avait oublié sur le bateau de ses parents lorsqu’ils l’avaient déposé à Kurihara.  Ce panda lui rappelait tout ce qu’il avait traversé dans enfance, avant d’être posé sur terre, d’ailleurs, c’était le doudou à qui il parlait chaque soir. Il le remit dans le paquet, et ramena le tout dans la commode puis, il prit un bloque note et un crayon, afin d’écrire le résumé de ce qu’il avait appris aujourd’hui, sur sa magie.*

<< Il existe deux types de points d'attirance :
Les points d’attirance unique : Ils n’affectent que le lanceur du sort
Les points d’attirance généraux : Ils affectent toutes les personnes présentes près du point de gravité, néanmoins, ils peuvent n’attirer que certaines personne lorsque celle-ci sont liée au point de gravité.
Si le point de gravité doit utiliser de l’énergie pour attirer toutes les personnes présentes, il perdra beaucoup plus de force que s’il devait n’en attirer qu’une seule.
Les points de gravité se « fixent » sur l’esprit du lanceur de ceux-ci, néanmoins, s’ils ne sont fixés à rien, ils disparaitront très rapidement. Il faut donc étendre son esprit jusqu’à l’endroit voulu, pour que ceux-ci restent actif à pleine puissance. >>
 
*Une fois que Damachi eut finit d’écrire son mémo, il l’enfourna dans sa poche, puis se dirigea vers sa chambre. Le lendemain fut plus rude, il se leva au aurores, déjeuna, puis alla au point de rendez-vous que lui et Naoki s’étaient fixés. C’était au même endroit que le jour précédant sauf que cette fois-ci, il avait amené avec lui, plusieurs bâtons de taille et de longueur différente.*
 
- Damachi, je vais t’apprendre la manière de gaspiller le moins d’énergie possible en étendant ton esprit aujourd’hui. J’ai amené plusieurs bâtons de tailles différentes, afin de te donner un petit aperçu de la chose. Les bâtons qui sont très épais, demandent que tu utilise plus d’esprit afin d’en couvrir sa surface. Les petits bâtons quand à eux, te permettent d’économiser l’énergie de ton esprit, en lui offrant la possibilité de ne couvrir qu’une petite surface. J’aimerais que tu sache qu’à la fin de l’entraînement, lorsque tu maitriseras entièrement les points extracorporels, ton esprit sera actif à 360° autour de toi, dans un rayon assez grand. Après, il te suffira juste de canaliser une partie de l’énergie tout autour de toi, dans un endroit où tu souhaite placer ton point de gravité. Là, nous utilisons des bâtons qui font office de « conducteurs d’esprit », comme l’électricité est conduite par le métal. La différence est que l’esprit peut utiliser n’importe quelle matière, aussi infime qu’elle soie, pour être conduit, mais nous allons commencer en douceur. Une fois que tu pourras pleinement déplacer ton esprit dans un bâton, peut-importe la longueur que celui-ci aura, nous nous attaqueront à plus difficile, mais pour le moment, nous allons nous concentrer là-dessus. Aussi, tu ne pourras pas tout de suite maîtriser pleinement les points de gravité dans cette « bulle » d’esprit, je veux dire par là, que tu devras t’entraîner à ne faire qu’un avec ton énergie. Cela peut te paraitre un peu paradoxal quand je te dis qu’il faudra que tu ne fasses qu’un avec ton esprit, étant donné que tu ne fait déjà qu’un avec celui-ci, mais ce que j’entends par là, c’est que tu devras t’entrainer à être conscient de toute chose à l’intérieur de celle bulle, comme ça, tu pourras placer des points de gravité rapidement et efficacement lorsqu’on t’attaque, afin de mieux esquiver par exemple. Mais nous verrons tout ça plus tard, allons, commençons !

*Naoki lui tandis un premier bâton assez fin. Damachi le saisi et lança un regard interrogateur à son maître. Celui-ci lui fit signe de recommencer comme hier, il s’effectua donc à la tache. Cette journée lui rappela les entraînements intensifs et fatigants qu’il avait eut durant son enfance, mais qui avaient portés leurs fruits. Pendant au moins 13 heures, il s’entraîna à allonger son esprit dans un bâton, rien que ça. Néanmoins, c’est un exercice qui demande de la concentration et, en plus, Naoki pousse un peu plus loin en mettant une autre contrainte ; Celle de la vitesse. Je ne pense pas vous décrire en détails les jours suivants, ni ceux d’après, je vous dirais juste à quel point il en à baver. Son entraînement dura 2 semaines, jour pour jour, sans pause, sans moyen de se reposer. La contrainte de fatigue à beaucoup influencé sur ses résultats, mais plus les jours passaient, plus il essayait, encore et encore, perfectionnant ce qu’il avait déjà fait et tout cela, sans repos. Il réussi à concentrer son esprit rapidement et efficacement dans un bâton, il réussi ensuite à étendre son esprit à 360° autour de lui, mais sans pour autant avoir entièrement conscience de ce qui l’entourait. La différence entre la « bulle » qu’il maitrise maintenant, et le sort qu’il apprendra par la suite, et que celle-ci est active tout le temps, mais ne permet pas vraiment de placer des points de gravité dessus. Je peux comprendre que cela est assez compliqué à synthétiser, mais il me faudra d’autant plus de pages que je n’est déjà utilisé, pour vous donner des explications. Après avoir entraîné Damachi une bonne semaine, Naoki s’attaqua à plus gros ; maintenant qu’il peut déplacer pleinement son esprit dans un bâton, Damachi dut commencer à s’entraîner à étendre son esprit dans l’air, sans support physique. C’est un exercice très difficile, étant donné que l’air est constamment en mouvement, les particules contenue dans celui-ci bougent en même temps, additionnant une contrainte supplémentaire à l’extension d’esprit vers un endroit précis.*

- Nous allons maintenant t’entraîner à utiliser l’esprit qui stagne autour de toi, pour l’envoyer vers l’endroit où tu souhaite placer ton point de gravité. Il y a maintenant d’autres difficulté ; il faut prendre en compte que les particules contenues dans l’air bougent, en même temps que tu te concentre à focaliser ton attention sur l’endroit où tu veux que tu esprit aille. Imagine que l’air EST le bâton, ton esprit peut être conduit par elle, comme l’électricité est conduite par du métal, tout en n’ayant pas besoin de support matériel. Il faut donc que tu allonge ton esprit jusqu’à l’endroit voulu, tout en fessant vibrer ton énergie, afin qu’elle reste en connexion avec ces particules. Ca ne servira pas à grand-chose de te montrer comment faire, étant donné que l’esprit est invisible, il faut juste que tu applique ton entraînement avec le bâton, sur l’air.

*Damachi était exténué, il tremblait de tout son corps, le dos penché vers l’avant, les mains appuyées sur ses genoux pliés. Les cernes qu’il avait sous les yeux montraient qu’il ne s’était que très peu reposé, et les quelques blessures sur son corps affirmaient qu’il à probablement eut à se battre contre Naoki. L’entraînement de Damachi dura encore une semaine entière dans lesquelles, il lui arrivait souvent de s’évanouir. Néanmoins, son travail porta ses fruits, tout ce qu’il a du traverser n’ont fait que l’endurcir, le rendre plus conscient des choses, plus fort, plus endurant. J’espère que vous ne m’en voudrez point de ne pas avoir commenté chaque jour durant, mais cela aurait été inutile ! Il maîtrise maintenant le sort se nommant : Juuryoku Kami Shio Gatame : Ce sort permet au lanceur de celui-ci, de placer jusqu’à 4 points de gravité à des endroits différents, pour un contrôle total de la ou des cibles. J’espère que cette petite définition sera explicite, dans le cas contraire, je vous invite à me demander de plus amples informations ! Je disais donc… Après que Damachi aie terminé son dernier jour d’entraînement, lui et Naoki commencèrent à marcher en direction de la maison de ses parents. Une fois qu’ils fussent arrivés, les deux entrèrent à l’intérieur, laissant apparaitre à leurs yeux, grande quantité de nourriture très variée et qui semblait délicieuse.*

- Damachi ! Naoki ! Vous voilà enfin de retour !

- Oh, tu as une mine effroyable, viens t’asseoir.

- Merci maman, je vais bien, Naoki m’a fait comprendre ce que c’est que d’avoir mal et d’être fatigué hé hé hé…

- HA HA HA ! C’est exactement cela !

*Toutes les personnes se réunirent autour de la table, puis commencèrent à déguster le repas, Damachi mangeait rapidement et le plus qu’il pouvait, de peur que quelqu’un lui vole dans son assiette. Après le repas, il avait reprit des couleurs, puis il commença à expliquer ce qui vas suivre.*

- Itami, Yohachi, Naoki, j’ai à vous parler. Je sais que cela fait maintenant plus d’une année que j’ai reçu ce colis de mes parents biologique, mais je crains ne pas encore pouvoir y aller. D’ailleurs, sur la lettre, ils expriment le fait qu’ils ne pourront pas rester plus longtemps, je ne vais donc pas y aller. Si je vous dis ça, c’est pour pas que vous croyez que je suis venu m’entraîner, avant d’y aller. J’étais bien conscient dès le départ que je ne pourrais pas maîtriser le sort qui permettrait de les maintenir à terre, mais je voulais m’entraîner pour devenir plus fort, et choisir ma direction.

- Nous n’avons pas pensés que tu venais pour apprendre ce sort ultime, peut-importe pour quelle raison du passe, l’histoire entre toi et tes vrais parents ne regardent que toi. Naoki nous l’a bien dis, cela ne l’a pas du tout dérangé de t’entraîner et d’ailleurs, il a pris plaisir à se remémorer le passé en fessant cela !

- Ha Ha Ha ! Oui, tes parents ont exactement raison Damachi, tu dois suivre ta propre voie. Nous ne somme juste là que pour t’aider à avancer, pour te donner les outils nécessaires afin de traverser le chemin qu’est la vie.

- Je suis fier de toi mon fils. Cet entraînement t’a bien servi j’espère ?

- Oui papa, Naoki n’a pas changé, il est toujours aussi compétant Ha Ha Ha !

*Après que tout le monde aient rigolés un bon coup, Damachi se leva et prit un regard triste.*

- Je suis désolé, mais je ne vais pas pouvoir rester ici plus longtemps, il faut que je rentre à la Guilde, ils ont peut-être besoin de moi et je suis pressé de retrouvé ma bien aimée. Je ne vous remercierais jamais assez pour ce que vous avez fait pour moi, et j’espère pouvoir revenir bientôt vous voir !

- Il n’y a pas de problème Damachi, tu n’as pas à nous remercier, cela est normal. Nous te souhaitons de trouver ta voie et de suite le chemin que tu penseras qu’il sera le meilleur pour toi. Surtout, n’hésite pas à venir nous dire bonjour, même si tu ne reste que très peu de temps, nous seront très heureux de te revoir, une fois prochaine. Alors surtout, porte toi bien, nous penseront beaucoup à toi.

*Après des adieux douloureux mais nécessaire, Damachi remercia Naoki qui fut très heureux de lui enseigner un nouveau sort, en même temps que le revoir. Il reprit donc le chemin du retour, en direction de la Guilde, avec une assurance à toute épreuve.*
---------------------------------------------------
Le père
La mère
L'entraîneur
Autre
Voici un résumé en 1 lignes de toute cette histoire :
Spoiler
 
Merci aux autres qui auront eut le courage de tout lire


- Edité le 14/05/2011 à 15:23 -

Damachi, en équipe avec Brend Okisa, en couple avec Hana
image 
Akajitsu
Messages: 1825
Que dire à part : ça c'est du Dama tout craché ?

J'ai tout lu (j'ai mit un peu de temps, masi je ne dirais pas combien !) je le trouve superbe. Ton Rp' est vraiment super agréable à lire image

Citation :
"Ce que les yeux voient est sûr, les paroles que l'ont rapporte ne sont pas forcément vraies" - Marc Aurèle

Jeff
Messages: 7553
Team et Anciens
Je suis fatigué des yeux là mon petit suisse^^

J'ai les yeux qui picotent mais je suis fier car j'ai tout lu^^
(comme un grand^^)

Je trouve par contre que tu rend le fonctionnement de ta magie vachement complexe dedans (c'est mon avis).

Je te dis franchement...Je me souviens plus des nom des perso' à par Damachi XDD....non je blague, j'ai pas encore Alzheimer^^

J'aime bien mais c'est long alors pour les suivant : courage et prenez environ2/3 heures^^ (je suis un cas à par comme je lis très vite).

Bien tourné et bonne mission.
Courage Dama' pour ces 3 semaines de non-rp^^

nanaLECHAT
Messages: 3853
Moi aussi je l'ai lue en entier ! (Bon j'ai rien compris au explication de son maitre mais tanpis...) J'aime toujours autant les posts de Dama ^^

imageKuma Yukina , Mage marionettiste et Alchemist a ses heures perdues.
Damachi Igneel
Messages: 625
Merci les gens ^^ et qui Jeff, ça vas être dur

Damachi, en équipe avec Brend Okisa, en couple avec Hana
image 
yonda
Messages: 6459
Team et Anciens
bon moi j'avoue je l'ai pas lu ou presque, j'ai lu quoi... 1/20 de cette mission perso. ^^ bah e, fait elle est bien j'en suis sure, mais le rythme au début est assomant je trouve. j'ai l'impression qu'il se passe rien et du coup ça m'a découragé de lire se pavé en immaginant que ce serait surement pareil tous le long. ^^

image
alex
Messages: 6516
Team et Anciens
Oula^^ C'était gros jolie , j'ai pas tout lut mais une bonne partie! Je continuerais ce roman demain
Nichaos83
Messages: 3320
Team et Anciens
c'est bourrin sa!! Remarque j'adore les gros pavés alors là j'ai été servi^^. Question écriture: respect j'ai vu une unique faute d'orthographe xD même si j'y fait pas attention tout le temps, en plus tu détailles tout ce qui te passe sous la plume (ou le clavier dans ce cas-là^^). J'ai aimé la petite référence à la magie de vent en pression que donne ton maître en exemple étant donné que c'est ma magie^^ et pour finir c'est une histoire très bien fivelée même si d'habitude j'aime bien l'action.
Résumé: bravo j'ai adoré .

image
Damachi Igneel
Messages: 625
Merci Nicha' x)

Damachi, en équipe avec Brend Okisa, en couple avec Hana
image 
Jeff
Messages: 7553
Team et Anciens
HJ : Je valide ta mission.
Damachi Igneel
Messages: 625
Dit-il ! 2 Mois après que je l'aie postée ^^

Damachi, en équipe avec Brend Okisa, en couple avec Hana
image 
Jeff
Messages: 7553
Team et Anciens
C'est le première chose que j'ai faite en étant promu MJ^^

Réponse rapide:

 

  Nouveau sujet

Aller à:     Haut de page